Choisir une lessive qui prend soin de son linge et de la planète

17 millions de lessives sont faites par an en France, soit 850 millions de litres d’eau toxique qui partent dans nos stations d’épuration.

Mais de quoi parle-t-on ? D’huile de palme, de dérivés du pétrole, de conservateurs hyper allergisants, de parfums… que nous allons d’abord retrouver sur nos vêtements puis dans nos canalisations pour finir dans les océans.

C’est quoi le problème ?

Il est très difficile d’avoir une liste complète des composants de nos lessives. La règlementation sur le secteur des détergents est encore très floue et la liste d’ingrédients pas forcément exhaustive (même si elle a l’air de l’être). La seule réglementation est au niveau européen et oblige d’afficher une liste d’ingrédients réduite (à minima) sur la bouteille, le niveau de dangerosité du produit et, normalement, la liste exhaustive sur le site internet.

Se méfier donc, d’une bouteille verte. Elle cache peut-être une réalité bien moins jolie.

De quoi sont composées nos lessives ?

Conventionnelles ou écologiques, nos lessives sont toutes composées d’eau, de tensioactifs et d’agents techniques :

Eau

Et oui, l’eau peut composer jusqu’à plus de 80% de nos lessives. Attention donc quand on compare le prix au litre des lessives. Une lessive plus diluée nécessitera qu’on en utilise davantage pour laver notre linge et donc durera moins longtemps qu’une lessive concentrée.

Tensio-actifs : le savon

Ce sont les principaux nettoyants actifs. Il en existe de plusieurs sortes : naturels ou dérivés de la pétrochimie. Mais attention aux tensio-actifs dits naturels, certains issus de matières premières naturelles requièrent un procédé de fabrication polluant issu de la pétrochimie.

Agents techniques

Varient selon les formules, on retrouve le plus souvent des :

  • Conservateurs : présents uniquement dans les lessives liquides, dont la composition est plus fragile que les lessives en poudre ou en capsule. Ils évitent aux produits de se dégrader trop rapidement.
  • Séquestrants : augmentent les performances de lavages.
  • Enzymes : dégradent les taches d’origine enzymatique (sang, cacao, oeuf…) en les fragmentant en petits morceaux, ce qui facilite ensuite leur élimination par les autres composants du détergent. Les protases s’attaquent aux protéines, les lipases aux lipides…
  • Colorants et Parfums : rôles uniquement esthétiques, n’augmentent pas les performances du lavage.

Lessive en poudre, en capsule ou liquide ?

Spécificité française – contrairement à nos voisins européens – nous préférons les lessives liquides. Il semblerait pourtant que les lessives en poudre soient bien plus efficaces comme le montre une étude Que choisir (consultable ici). Issuent d’une formulation moins instable, elles ne nécessitent pas de conservateurs et permettent souvent une liste d’ingrédients plus simple. La lessive capsule donne de meilleurs résultats que la lessive liquide, cependant la dissolution de la capsule dans l’eau présente des risques non négligeables pour l’environnement, comme le relargage de microparticules de plastiques qu’on retrouve in fine dans nos océans.

>> On recommande, une lessive liquide pour les couleurs vives et pas trop sales et pour tous le reste une lessive en poudre.

Quid des lessives vertes ?

Les géants de la grande distribution ont bien compris le marché porteur de l’éco-lessive. Ils proposent des prix défiants toute concurrence. Mais de quoi sont-ils composés ? On peut y retrouver le Méthylisothiazolinone (conservateur le plus décrié) puisque certains labels verts l’autorisent s’il ne dépasse pas un seuil maximal.

J’ai fait le test avec la lessive dont la mascotte est une jolie grenouille verte (labellisée Ecolabel Européen) :

Ce qui est affiché sur la bouteille :

Ce qu’il y a réellement (trouvé ici) :

Laureth-7, Sodium Laureth Sulfate : l’un des tensio-actifs les plus critiquables.
Amide polyglycol ether, Deceth-4 : composés éthoxylés, c’est à dire fabriqués à partir d’un gaz très réactif, extrêmement toxique, cancérigène et mutagène : l’oxyde d’éthylène.
Propylene Glycol : dérivé de la pétrochimie (sauf si végétal)
Des colorants et des parfums : sans indication de s’ils sont naturels ou synthétiques…

Mais alors c’est quoi une bonne lessive ?

Convenons-en, une bonne lessive est, avant tout, une lessive efficace. Mais c’est également une lessive respectueuse de notre santé et de l’environnement. Mais alors comment s’en assurer ?

Les labels

Les labels sont une bonne base sur laquelle s’appuyer. Attention toutefois à leur degré d’exigence et surtout à bien comprendre ce qu’ils encadrent.

En quelques lignes, sur le marché des détergents 3 labels semblent s’imposer avec, pour volonté, la limitation de l’impact environnemental :

    • L’Ecolabel Européen tente d’uniformiser l’information à l’échelle européenne. Ce label est assez basique et a un degré d’exigence assez faible. Il limite les ingrédients nocifs pour la planète plutôt qu’il ne les interdit.
    • Ecocert détergents et Ecocert détergents à base d’ingrédients biologiques, plus strict, il autorise tout de même 5% d’ingrédients de synthèse (liste restrictive) et doit donc nous amener à regarder la composition en détail.
    • Nature et Progrès, certification la plus stricte sur le marché. Elle interdit entre autre les ingrédients de synthèse, OGM et ceux issus de la pétrochimie.

Attention toutefois, ces 3 labels se sont concentrés sur l’aspect environnemental en laissant de côté l’aspect humain. L’association Safe-life va au delà des référentiels écologiques dits de « niveau 1 » en proposant un « niveau 2 » d’exigence qui prend en compte, entre autres, la présence de perturbateurs endocriniens, d’allergènes et de nano-matériaux dans les détergents.

Et la lessive maison ?

De plus en plus de personnes se tournent vers le DIY. Même si on ne peut qu’applaudir ces jolies initiatives, attention tout de même, puisque même une chimie basique peut présenter une part de risque. Aussi, on recommandera de bien se documenter au préalable sur les différents ingrédients et réactions chimiques.

On recommande :

  • Les Petits Bidons
  • Pimpant
  • L’Alchimiste

Ici, une petite antisèche pour ne plus se faire piéger et choisir intelligemment sa lessive. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez le moindre doute sur la vôtre, on se fera un plaisir de vous répondre 🙂


Sources : 

Articles recommandés

1 commentaire

  1. […] (vierges ou recyclées), utiliser un guppy friend permet de retenir les micro-plastiques. Ici pour un article sur comment bien laver son […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez le mouvement !


Follow us!