Les perturbateurs endocriniens : l’effet cocktail

On entend souvent parler des perturbateurs endocriniens mais savez-vous réellement de quoi il s’agit ?

Les perturbateurs endocriniens sont des substances qui peuvent altérer notre système hormonal.

Les conséquences sont des dérèglements hormonaux, des problèmes de fertilité, des malformations du foetus pour les femmes enceintes et des cancers (seins, prostate, utérus).

On les retrouve dans beaucoup de produits : cosmétiques, hygiène, produits d’entretiens, peintures, alimentation, médicaments, …

Les perturbateurs endocriniens dans les cosmétiques

Concentrons-nous sur les cosmétiques. Ce qui est compliqué avec ces perturbateurs endocriniens, c’est qu’ils ont des utilités très variées et ce n’est pas toujours évident de les identifier. On peut les retrouver dans les conservateurs, les antioxydants, les filtres UV,  les anti-bactériens, etc.

Isolés et à petite dose, ils n’ont pas tous un effet notable sur notre santé. Le véritable problème c’est « l’effet cocktail », c’est à dire lorsque plusieurs perturbateurs endocriniens sont mélangés dans une liste d’ingrédients et malheureusement c’est le cas dans la plupart des cosmétiques conventionnels. Si vous voulez en savoir plus sur les grandes différences entre les cosmétiques conventionnels et naturels, c’est ici.

Faisons un petit tour d’horizon des principaux perturbateurs endocriniens à éviter dans les cosmétiques :

BHA et BHT

Ce deux-là sont des anti-oxydants permettant donc aux formules cosmétiques de ne pas s’oxyder.

Voici leurs petits noms : Butylhydroxyanisole et Butylhydroxytoluène.

Les parabens

Cette famille d’ingrédients se trouve dans les cosmétiques en tant que conservateurs pour permettre une longue durée de vie aux produits.

Voici leur petits noms : Butyl Paraben, Ethyl Paraben, Methyl Paraben, Propyl Paraben

Plus simplement, tout ce qui contient le mot « paraben« .

Alkylphénols

Souvent présents dans les nettoyants pour cheveux et corps, produits coiffants et les mousses à raser.

Voici leur petits noms : Nonylphenol ou tout ce qui contient « Nonoxynol ».

Les phtalates

On les retrouve en tant que fixateurs dans les vernis à ongles et dans certains produits coiffants.

Voici leur petits nomsDiethyl Phthalate, c’est le seul autorisé en Union Européenne. En cas de doute, tout ce qui contient « phthalate » ou « phthalic » est à éviter !

Le Triclosan

C’est un anti-bactérien qu’on retrouve surtout dans les dentifrices et les déodorants. Il a été montré qu’il agirait non seulement sur les hormones œstrogènes, mais aussi sur la fonction thyroïdienne. On le trouve de moins en moins mais certaines marques continuent de l’utiliser.

Les filtres UV

On les retrouve évidement dans les crèmes solaires mais pas que. Certaines crèmes de jour ou fonds de teint contiennent ces filtres UV.

Voici leur petits noms : Ethylhexyl Methoxycinnamate, Benzophenone, Oxybenzone, 4-MethylBenzylidene Camphre.

Le Cyclopentasiloxane

C’est un éléments classé toxique pour la reproduction. Il est présent dans les crèmes pour le corps, le visages, les produits solaires et les spray.

A fuir aussi : ses cousins Cyclotetrasiloxane et Cyclomethicone.

Le Resorcinol

On le trouve dans les colorants capillaires. En plus d’être un perturbateur endocrinien, il est fortement susceptible de déclencher une réaction allergique.

 

L’association UFC-Que Choisir a crée des fiches pour chaque substances toxiques des cosmétiques et on identifie clairement lesquels sont des perturbateurs endocriniens : ici pour l’article.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez le mouvement !


Follow us!