Le nylon, une matière synthétique à bannir ?

nylon

Le polyamide est souvent assimilé au nylon, une forme de polyamide appliquée au textile. Parmi les autres formes de polyamide, il existe également les aramides Kevlar et Nomex qui sont plus rigides. On les retrouve majoritairement dans des applications industrielles et militaires. 

Inventé en 1935 par Wallace Carothers et breveté par l’entreprise DuPont de Nemours aux Etats-Unis, le nylon s’est rapidement développé comme matière phare de l’industrie du textile, notamment pour la production de collants. Il est devenu, en l’espace d’un siècle, la matière privilégiée des vêtements extensibles et légers : vêtements de sport, collants, maillots de bain…

Image @ Tree Hugger

Pourtant, ne l’oublions pas, le nylon est une fibre semi-synthétique dérivée du pétrole et est à bannir pour plusieurs raisons :

Une production ultra-polluante

“Dis Jamy, comment on fait du nylon?”

Le polyamide s’obtient à partir de polymères issus de pétrole. Sa production requiert de chauffer et d’étirer la matière obtenue afin d’obtenir des fils résistants. A la fois beaucoup d’énergie et beaucoup d’eau sont exploités car le processus de polycondensation implique de chauffer les éléments à très haute température (265°). 

Par la suite, les fibres sont refroidies en utilisant de grandes quantités d’eau. De l’eau polluée est potentiellement relâchée. Également, la polycondensation entre l’acide adipique et l’hexaméthylène diamine provoque des émissions de N2O, un gaz à effet de serre 310 fois plus puissant que le CO2, donc plus dangereux encore. 

Un cycle de vie polluant lui aussi

Des microplastiques sont relâchés à chaque lavage (en machine ou à la main). Une étude publiée dans le Marine Pollution Bulletin en 2012 a analysé les appareils digestifs de cinq espèces de poissons dans la Manche. Toutes ont ingéré des microplastiques. L’analyse a identifié majoritairement des microplastiques issus de fibres textiles de viscose et de polyamide. 

De plus, cette matière synthétique n’est pas biodégradable et est susceptible de rejeter des fumées toxiques si elle est incinérée. Malheureusement, de nombreux vêtements en nylon se retrouvent jetés : une étude HOP révèle que 40% des consommateurs.trices de collants utilisent 3 fois maximum un collant avant de le jeter, et 72% d’entre eux, 6 fois maximum.

Qu’en est-il du polyamide recyclé ? 

Le recyclage a comme principal avantage d’économiser de grandes quantités d’énergie et d’eau en comparaison avec la production de nylon vierge. A laver ensuite avec un GuppyFriend !

Voici des matières en polyamide recyclé : 

  • Econyl : issu de déchets provenant des océans (notamment les filets de pêche en nylon) ou d’objets destinés à être jetés (tapis, vêtements…). L’entreprise a développé un procédé de régénération des fibres, afin de pouvoir les recycler à l’infini.
  • Nilit Ecocare : issu de chutes de nylon d’usines textiles. 
  • Q-nova : fibre recyclée à 50% minimum, produite à partir de restes de nylon en usine, qui étaient destinés à être jetés.

Image @ Econyl

Vers du nylon bio-sourcé ?

Aujourd’hui, il existe des substituts à la pétrochimie : le Rilsan (ou polyamide 11), par exemple, un nylon bio-sourcé à base d’huile de ricin, découvert il y a plus de 60 ans. La production mondiale d’huile de ricin est de l’ordre de 500 000 t/an, provenant principalement de l’Inde, de Chine et du Brésil. Il faut environ 2,7 t d’huile de ricin pour obtenir 1 t de Rilsan®. L’avantage est que le ricin pousse facilement sur des terres pauvres, sans traitement et n’a besoin que de l’eau de pluie.  

Un BioNylon a été conçu en 2013, à partir de sirop de glucose. Le procédé de production est identique à la production du nylon mais avec du sucre ! Ce BioNylon a déjà fait ses preuves dans le domaine de la musique (notamment pour les cordes) et commence à percer dans l’industrie textile.


Sources :

Articles recommandés

1 commentaire

  1. […] vous a montré le côté sombre du nylon (pour lire l’article, c’est juste ici). Une production ultra-polluante, des micro-plastiques au lavage et beaucoup de déchets […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez le mouvement !


Follow us!